La pauvreté, peut-on réellement la combattre ?

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

La pauvreté sévit sur la population burundaise qui, pour plus de 90% sont des agri- éleveurs utilisant des outils rudimentaires. Ceci n’épargne pas les batwa qui, jadis vivaient de la chasse, de la cueillette et de la fabrication des pots d’argile.

La venue des grandes industries est un problème à cette partie de la population burundaise qui s’est  retrouvée dans l’impossibilité de rentabiliser leurs efforts de travails et de se procurer de la nourriture suffisante suite au manque de clients pour écouler leurs produits manufacturés.

Pour venir à bout de ce problème, ils ont Unis leurs forces et connaissances en se regroupent au sein d’une coopérative. Cette dernière crée de l’emploi aux jeunes batwa, lutte contre la famine et par conséquent combat efficacement la pauvreté.

Fondée en 2016 et dirigée par Kamana Epipode, la Coopérative « KOBANI (Coopérative des commerçants des produits manufacturés par les Batwa) est basée en commune Giheta de la province Gitega.

Elle compte actuellement septante cinq membres actifs. Elle intervient dans presque tous les domaines de la vie: agriculture, élevage, éducation et santé. Aussi, execute-t-elle des projets  génératrices de revenus.

Une coopérative qui se contruit progressivement malgré les difficultés

Le président fondateur dit: « Notre objectif est d’aider au gouvenement en créant des emplois. Tous nos 75 membres travaillent en synergie. Nous produisons du matériel qui est quotidiennement utilisé dans les ménages.

En tant que coopérative d’une minorité ethnique, nous avons des problèmes qui nous bloquent. S’il arrive que nous soyons traités à la hauteur des autres coopératives, nous pouvons contribuer au développement de notre pays.

« Dans la localité dite Kukirato, nous avons acheté une parcelle de 100m sur 50m et nous sommes en train d’y construire une salle polyvalente de 60m sur 20m. A l’heure où je vous parle, les travaux de construction de nos bureaux et annexes sont en cours. Les maçons et ouvriers sont bien payés » ajoute le président fondateur.

Un combat acharné contre la pauvreté

Pour pouvoir lutter contre la pauvreté, cette coopérative des batwa fait de la vannerie et fabrique beaucoup de choses qui sont vendues au reste de la population.

L’agriculture se caractérise par l’artemisia qui est l’arbre médicinal. Ces feuilles sont utilisées pour fabriquer une poudre qui permet de lute contre la malaria et est gratuitement distribuées aux batwa.

Cefaisant, la cooperative apporte une contribution considerable pour l’atteinte de l’ Objectif 3 du développement durable visant à permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge.

Les métiers (qui relèvent d’une lointaine histoire de cette minorité ethnique) se fondent sur la poterie,vannerie,couture, tout ça générant des revenus à la coopérative. Elle agit aussi dans la protection de l’environnement.

Des difficultés liés au marché d’écoulement des produits

Kobani souffre d’un manque crucial de clients. Leurs produits, bien que relevant du Burundi ancien, ont du mal à être consommés.

Le peu de clients de cette coopérative sont des restaurants, salon KEZAMIA, Hôtel Source du Nil, Maison Freri, Liberi, Galerie Alexander et le Musée vivant. Mais la cooperative n’abandonne pas, elle participe dans les foires d’exposition vente de leurs produits.

La coopérative contribue dans la lutte contre le chômage, cntribuant à l’atteinte de l’ Objectif 8 du développement durable qui vise à promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.

Bien que ses produits manufacturés semblent être utile pour les ménages, ils sont vendus à un prix très bas. Aussi, elle n’est pas à mesure de les exporter. Seuls leurs clients, après les avoir acheté à un prix honteux parviendraient à les exportent pour en tirer d’énormes profits.

Il est est temps que cette cooperative bénécifie de l’attention des autorités et organisations capable de les soutenir à atteindre la stabilité et pouvoir vendre leur produits à des prix raisonnables. Cela s’accompagnera systement de l’épanouissement des members de la cooperative, et partant de l’éradiquation définitive de la pauvreté de cette communauté.

Par Canon Felix

COMMENTS

WORDPRESS: 2

Abonnez-vous à nos articles

Recevez toutes nos actualités sur les ODD

Plus d'articles

Cam 4 SDGs

Myriam, éleveuse de bétail en Namibie

« Il n’est pas facile d’être une femme dans une ferme communale. Traditionnellement, les femmes n’étaient pas autorisées à s’engager dans l’agriculture, en particulier dans l’élevage

Cam 4 SDGs

Tresia bientôt un grand agriculteur !

Ndafa est basé à Oname, dans la région d’Ohangwena en Namibie. Elle exploite une petite parcelle de terre, qui fait partie des terres communales de