Kit Hub Forme les ingénieurs civils

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Pour faire face au problème de chômage au Burundi, Kit Hub renforce la capacité des ingénieurs civils sur l’utilisation des logiciels tels que Archicad.

Le chômage touche une grande partie de la jeunesse au Burundi. Les diplômés en génie civil ne sont pas épargnés. Les employeurs leur reproché le manque d’expérience. Kit Hub qui est une organisation des jeunes de talents divers veut en découdre en formant ces jeunes.


Le train est déjà en marche pour cette organisation, Kit Hub. Ce samedi 22 mai 2021, Kit Hub a formé et certifié une dizaine d’ingénieurs. Cette première promotion est constituée par des ingénieurs qui ont une ancienneté de dix à vingt Cinque ans d’expérience. C’est une valeur ajoutée pour eux. Kit Hub, à travers cette formation a incité les participants à travailler en fonction de l’évolution technologique.

Mais d’amblée, Emmando MPUTELA, accuse les universités actuelles. Il affirme que « ces universités forment des diplômés au lieu des intellectuels. A notre époque (notez les années 80) nous faisions des stages pendant les vacances. Je crains que la pratique ne soit plus dans ces maisons de formation », explique Ingénieur Emmando.

L’ingénieur Emmando ajoute que : « les jeunes lauréats actuels nous amènent des diplômes alors qu’ils sont nuls en pratique. Ils ne savent non plus faire des recherches. Nous venons de terminer avec une formation pour pouvoir mener une compétition sur le marché du travail. On n’échappera en aucun cas à cette évolution de la technologie à mille allure », ajoute Ir MPUTELA.

Gérard Ndayisenga, quant à lui, une vingtaine d’années d’expérience, évoque le défi des entreprises de construction. « Manque d’experts appliqués, bien formés, ces entreprises effectuent des constructions qui s’écroulent dans un laps de temps. C’est ce qui est entré d’arriver sur ces ponts qui s’affaissent un à un au Burundi. Des études ne sont pas bien faites », tente d’expliquer Ir Ndayisenga.

Concrètement, quatre logiciels informatiques permettront une mise à jour, une adaptation à la nouvelle technologie. Ce sont ceux-là qui font objet de la formation de ces ingénieurs en Génie Civil. Il s’agit d’Archicad, Artlantis, Cypecad, Quoter Plan.


Réhabiliter et planifier les villes

Tout d’abord, cette structure de formation cadre avec l’objectif du développement durable numéro onze. Selon Ir Alexis NYAMWANA, le génie civil doit être promu pour pouvoir bâtir d’une façon solide, les villes et le pays.

Pour lui, l’urbanisation à l’horizon 2025 permettra de présenter un autre visage du Burundi où les villes constitueront de véritables pôles de développement. Elle fera également du Burundi un pays où les emplois non agricoles seront créés à travers de grands travaux de génie civil et des projets de développement économique. Ce nouveau visage du Burundi cadre avec la vision « Burundi 2025 », dans son pilier 7 qui parle de l’ « aménagement du territoire et Urbanisation ».

En effet, le programme de formation et d’encadrement initié par Kit Hub permettra à ces jeunes de disposer d’aptitudes pratique afin de pouvoir se vendre sur le marché du travail. Ce faisant, Kit Hub contribue directement à la réduction du nombre de jeunes formés en génie civil mais qui se retrouvent au chômage.

Ce serait aussi un grand atout pour le développement du pays qui utilise une main d’œuvre constituée de plus de 85 % de niveau primaire, seuls 10.8 % ayant passé par l’enseignement secondaire ou supérieur.

Mais pour arriver à ce niveau, l’ordre des ingénieurs est une nécessité pour qu’il y ait aussi de l’ordre dans la passation des marchés publics. Le travail de Kit Hub est à apprécier, mais il devrait être un point de départ pour l’organisation de tous ceux qui ont été formés en ingéniorat.

 

Par Pascal NDAYISENGA

COMMENTS

WORDPRESS: 0

Abonnez-vous à nos articles

Recevez toutes nos actualités sur les ODD

Plus d'articles

Cam 4 SDGs

Myriam, éleveuse de bétail en Namibie

« Il n’est pas facile d’être une femme dans une ferme communale. Traditionnellement, les femmes n’étaient pas autorisées à s’engager dans l’agriculture, en particulier dans l’élevage

Cam 4 SDGs

Tresia bientôt un grand agriculteur !

Ndafa est basé à Oname, dans la région d’Ohangwena en Namibie. Elle exploite une petite parcelle de terre, qui fait partie des terres communales de