Du combat contre les violences basées sur le genre

Blog4sdgs - gender equality

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Les Violences Basées sur le Genre en milieu professionnel

Dans toutes les administrations, les institutions, et les entreprises se retrouvent les hommes et femmes pour coopérer. Au quotidien, des millions de femmes risquent des abus sexuels au travail, elles sont violées par leurs supérieurs, elles sont harcelées pour la plupart du temps.

Violences Basées sur le GenreC’est justement pour abroger ce fléau que l’ONG HAPPY CHILDREN a organisé en partenariat avec PLAN INTERNATIONAL BÉNIN une campagne digitale durant 4 mois sur les VBGs. Cette période avait permis aux internautes de comprendre le concept des VBGs, les formes des VBGs, les causes, les manifestations et les conséquences immédiates des VBGs.

Depuis la nuit des temps, les violences basées sur le genre en milieu professionnel constituent un frein pour l’épanouissement. Les VBG mettent la frustration dans le rang des femmes au Carrefour de l’emploi.

À titre indicatif, Nathalie la secrétaire particulière de M. CHADAS dans le livre intitulé : La secrétaire particulière de Jean Pliya. Hélas! Dans la circonstance où cette dernière refuse les avances commence une torture psychologique de la part de l’auteur.

Cela se traduit par la cessation des petites attentions pour laisser place aux critiques, aux humiliations en public, à la demande de tâche futile à accomplir dans un court délai (ranger les archives or ce n’est pas son rôle), à des menaces de licenciement, à de l’intimidation, et même au viol. Il va même à propager de fausses rumeurs sur la victime afin de l’éloigner de tout et de faire tomber sa crédibilité auprès des autres employés. Et en privé, il lui fait comprendre que sa vie serait plus facile si elle acceptait ses avances.

Dans d’autres cas, c’est pendant les moments de recherche d’emploi. Dans l’optique de postuler pour un travail dont elle a ses compétences que la jeune fille est victime. C’est-à-dire que le chargé d’entretien est prêt à lui donner le poste non pas à cause de ses compétences, mais en échange des faveurs sexuelles.

Quelles sont en effet les conséquences de tels actes sur les victimes et sur la nation ?

À titre d’exemple, nous avons Marylise Brian SOSSOU, Communicatrice de profession, graphiste designer et activiste féministe, qui n’a pas hésité une seule seconde à dénoncer un de ses supérieurs qui l’avait harcelée. Aujourd’hui, elle peut marcher la tête haute et aider d’autres femmes dans la même situation.

Mise à part les conséquences néfastes sur les victimes et leurs entourages, ils affectent aussi le développement du pays. Persécutant, un fait polémique a jogé la toile médiathèque et qui fut exprimé par la victime un 1er Mai (Journée de travail) l’an 2020. C’était une alerte avec les premiers mots : Sauvons les femmes de l’ORTB du viol, du harcèlement moral et sexuel…

Angela Kpeidja, journaliste à l’ORTB, lève la voix pour dénoncer le harcèlement sexuel que subissent les femmes de l’ORTB. Elle affirme :

« J’ai failli… Non je l’ai fais mais je reviens encore plus forte… Ça m’a rongé toute la journée puis j’ai décidé de mettre les pieds dans les plats. Tant pis…. Une fête disent-ils de travail, alors même que le travail, dans mon milieu est totalement décousu. Le harcellement sexuel en milieu de travail, même à mon âge a encore droit de cité avec des humiliations de tout genre y compris la baisse de l’estime de soi. Et ça, du plus haut vers les petits chefs de bas étages que sont les rédacteurs en chef et sous chefs. Et dire qu’il y a des femmes parmi nous qui se laissent faire. Viol, harcèlement moral et sexuel…j’en ai marre. Dites moi comment on célèbre le 1er mai dans une maison où la religion de tous est devenue le silence dans la frustration? » Ooooh Halte aux violences basées sur le genre en milieu professionnel.

Voici une nouvelle histoire que raconte la même victime

Des propos recueillis auprès de Angela Kpeidja

Nous sommes dans le bureau du Chef du 12è arrondissement de Cotonou. Dès que la porte s’ouvre, comme un éclair, le locataire du moment bondit de son fauteuil pour me maintenir dans ses bras. Il voulait forcément me voler un baiser alors que j’étais simplement venue signer la fiche de « sortie de mineurs » pour le voyage de mes enfants.

Totalement surprise de son geste, je me débattais pour sortir de ses griffes quand sa secrétaire surgit dans mon dos. C’est ainsi que, contraint, le Chef d’arrondissement indélicat lâche sa « proie »….

Mais en m’asseyant devant lui pour faire signer mon document, j’avais une seule obsession: lui faire regretter ce comportement humiliant pour moi…

Comme l’adage qui stipule que l’assassin revient toujours sur le lieu du crime, je suis revenue quelques heures plus tard tout à fait détendue. Il ne se doutait de rien. Dans un dialogue bien élaboré, j’enregistre ses aveux avant de quitter son bureau pour le Commissariat central de Cotonou.

L’Officier de Police qui m’a reçue ce jour là est un jumeau. Il est noir et présente l’allure des bodybuildeurs. Il était plein de compassion pour son semblable. Et à moi, il disait : « je comprends bien ce qui arrive au CA, toi aussi tu es trop belle… ». Malgré tout, j’ai insisté pour prendre une convocation à ce CA. La suite s’est jouée devant le même commissaire. Nous étions en période électorale. Le CA indélicat avait argué d’un mauvais sort qui lui aurait été jeté. Il s’est mis à genou devant moi pour me supplier de retirer ma plainte…

C’était un moment fort pour l’ONG HAPPY CHILDREN de faire cette compagnie digitale de sensibilisation. Dénoncer ces actes, Briser le silence pour toutes les formes de violences basées sur le genre en milieu professionnel.

 

Par NOUNAHON Chrétien & GBAGUIDI Pamela

COMMENTS

WORDPRESS: 2

Abonnez-vous à nos articles

Recevez toutes nos actualités sur les ODD

Plus d'articles

Cam 4 SDGs

Myriam, éleveuse de bétail en Namibie

« Il n’est pas facile d’être une femme dans une ferme communale. Traditionnellement, les femmes n’étaient pas autorisées à s’engager dans l’agriculture, en particulier dans l’élevage

Cam 4 SDGs

Tresia bientôt un grand agriculteur !

Ndafa est basé à Oname, dans la région d’Ohangwena en Namibie. Elle exploite une petite parcelle de terre, qui fait partie des terres communales de