L’ONG FND dit halte aux viols

Blog4sdgs - FND

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Promouvoir les valeurs familiales, l’autonomisation de la femme, l’égalité des sexes, et dire halte aux viols font partie du combat que mène l’ONG FND (Famille Nutrition et Développement).

Héléna CAPO-CHICHI, Présidente de ladite organisation a entrepris des démarches de dénonciation et de défense au regard des violences basées sur le genre à l’entame de l’an 2021 dans la commune d’Abomey-Calavi.

Après des investigations sur les cas de viols perpétrés, Mme CAPO-CHICHI renseigne sur les statistiques du 1er Janvier au 30 juillet 2021. Il s’agit en effet des données produites par le centre de promotion sociale de la commune et le service social du tribunal.

Les donnés statistiques ont recensé 21 cas de viols sur mineures. Dans le mois d’Aout, 5 nouveaux cas se sont ajoutés. Ce qui porte à 26 le nombre cas de filles âgées de 4 a 16 ans violées.

Des statistiques qui font froid dans le dos. Pourtant, des textes de loi existent pour protèger cette catégorie sociale. C’est évidemment ce qui pousse les acteurs à proposer des approches de solutions durables pour en découdre avec le phénomène.

Le cas du viol d’une mineure

Plus précisément, le cas le plus frustrant est celui d’une victime enceinte de 03 mois. La victime, une mineure âgée de 14ans avait reçu une somme de 500 FCFA de la part de son violeur, un fondeur âgé de 38 ans.

En Mai 2021, pendant qu’elle était envoyée pour acheter à ses parents dans leur quartier de résidence AGANMANDIN à Abomey-Calavi, la fille de 14 ans fut interpellée par le fondeur de son quartier. Ce dernier lui avait demandé de venir prendre de l’argent pour lui faire un achat. Une fois devant sa chambre, alors que son épouse était sortie, il avait tiré la fille dans la chambre et l’avait violé.

Après avoir commis son forfait, il lui avait donné une somme de 500 FCFA de peur qu’elle ne le dise à ses parents. La victime est rentrée chez elle et a effectivement gardé silence. Mais au début du mois d’Aout 2021 les parents ont commencé à observer des changements dans les habitudes de leur enfant. Avec les soupçons qu’ils avaient, ils ont dû faire asseoir leur enfant pour lui poser des questions.

C’est ainsi que la mineure de 14 ans a raconté les faits. Elle a été conduite à l’hôpital et les résultats des tests ont confirmé qu’elle était enceinte de 03 mois 2 jours. Les parents se sont en même temps dirigés vers le commissariat d’Abomey-Calavi pour porter plainte contre l’auteur. Appréhendé par la police, il a reconnu les faits mais déclare que cet événement date de longtemps, environ 4 mois. (Il estimait que vu le temps écoulé, il ne pourrait plus être appréhendé pour son crime).

Hélas, l’auteur du viol a été présenté au procureur de la République le Jeudi 19 Août 2021 et déposé à la prison civile d’Abomey-Calavi après avoir laissé une somme de 100.000 FCFA pour les soins de la victime sous l’ordre du Procureur.

Les approches de solutions ?

Outre l’engagement des religieux à passer à l’action en dénonçant, et celui des autorités préfectorales et communales à s’impliquer davantage dans cette lutte désormais, il a été surtout retenu entre autres:

  • De faire des communications régulières sur les cas de viols sanctionnés par le tribunal et les peines respectives écopées pour décourager à jamais d’autres auteurs de viols.
  • De faire des communications d’enfants à enfants dans tous les cercles sociaux pour être sûrs que le message passe sans biais et en langues locales au besoin.
  • De rapprocher les centres de dénonciation et mettre tous les mécanismes qu’il faut pour protéger les victimes qui viennent dénoncer
  • De renforcer l’éclairage des quartiers.
  • D’augmenter les Centres de promotion sociale au sein de la commune.
  • La prise en charge des victimes après procès doit être amélioré pour donner satisfaction à celles-ci.
  • Bannir les mariages forcés qui perdurent encire dans certaines traditions.
  • Trouver un autre cadre que la prison pour recevoir les enfants auteurs de viols pour mieux les socialiser et non les transformer en des bourreaux.

Engagés dans l’atteinte des objectifs du développement durable à l’orée de cette rentrée scolaire, les jeunes de l’ONG FND (Famille Nutrition Développement) ont procédé, ce vendredi 10 septembre 2021, à la remise de 16 kits symboliques aux enfants en situation de vulnérabilité dans la localité de Agonme (Commune d’Abomey-Calavi).

Au travers d’un panel, Stella Agonsa et Roméo Kiki ont prodigués quelques conseils, à l’endroit des enfants.

 

Par NOUNAHON Chrétien 

COMMENTS

WORDPRESS: 1

Abonnez-vous à nos articles

Recevez toutes nos actualités sur les ODD

Plus d'articles

Cam 4 SDGs

Myriam, éleveuse de bétail en Namibie

« Il n’est pas facile d’être une femme dans une ferme communale. Traditionnellement, les femmes n’étaient pas autorisées à s’engager dans l’agriculture, en particulier dans l’élevage

Cam 4 SDGs

Tresia bientôt un grand agriculteur !

Ndafa est basé à Oname, dans la région d’Ohangwena en Namibie. Elle exploite une petite parcelle de terre, qui fait partie des terres communales de