La paix, gage des valeurs républicaines

Blog4sdgs - École de la paix

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Selon Marc-Aurèle << Qui vit en paix avec lui-même, vit en paix avec l’univers >>. La paix n’est donc pas fatale. Plusieurs organisations dans le monde militent pour la paix. C’est d’ailleurs le 21 Septembre 1981 que les Nations Unies ont consacré une journée pour cessez-le-feu. Aujourd’hui, le monde célèbre la 40ème journée internationale de la paix.

L’ONG Paix Liberté fait le lancement officiel d’une École de la paix au Bénin. Construisons un monde de paix! La paix n’est pas synonyme d’absence de guerre mais signifie vivre ensemble dans nos différences de sexe, de race, de langue, de religion et de culture, tout en promouvant le respect universel de la justice et des droits de l’homme.

C’était la matinée du Mardi 21 Septembre 2021 dans la Salle Bleue du Centre de Documentation et d’Information Juridique – Cour d’appel de Cotonou que plusieurs jeunes venus des quatre coins du Bénin ont pris part à la prérentrée de l’École de la paix. Hugues Hector ZOGO président de ladite organization a fait son allocution en éclaircissant sur le  programme « École de la paix au Bénin » qui se déroulera sur dix ans et réservé dans sa phase expérimentale aux jeunes gens et jeunes filles africains de 18 à 30 ans. Plusieurs figures de marques ont répondu présent à cette cérémonie de lancement telles que Madame Arlette Bello SAÏZONOU, Adjointe au maire de Cotonou et Chef du 1er Arrondissement de Cotonou d’ailleurs marraine de l’initiative puis Monsieur Lucien GLELE LANGANFIN, Directeur à la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale et Parrain de l’événement pour ne citer que ceux-ci.

C’est dans un confort sobre et optimal que 50 Jeunes filles et garçons ont eu une communication sur le thème “Jeunesse et réseaux sociaux, quelle démarche pour la sauvegarde de la paix au Bénin ?” avec Madame Joseline DAGNON . Au cours de cette communication, plusieurs pistes de la thématique ont été abordées. Les valeurs républicaines, le consensus du dialogue, les actes d’un partisan de paix, les vices des médias sociaux au détriment de la paix, des troubles publiques, l’engagement civique, l’éthique et la prévention des conflits.

Quelle relativité entre la paix et l’éducation ?

L’éducation est essentielle pour cultiver le respect de chacun indépendamment de la couleur, du genre, de l’ascendance ou de l’identité nationale, ethnique ou religieuse en ce qu’elle permet de toucher les enfants et les jeunes gens pendant leurs années de formation, notamment par le biais de matériels pédagogiques et des programmes scolaires. C’est pourquoi le programme permettra de construire dans l’esprit de tous la paix. Les grands hommes de marque ont su promouvoir la paix dans le monde.

À l’échiquier national, Monseigneur Isidore De-SOUZA et Le Cardinal Bernardin GANTI ont marqué la mémoire du peuple béninois à travers leur marque de paix. La paix n’est ni un acquis, ni un décret mais les pensées, les actes. La paix est le meilleur combat de l’humanité.

En effet, si la paix était un vain mot, elle n’occuperait point le seizième point des Objectifs du Développement Durable. Le climat de la paix n’est pas toujours gagné. Une exhortation était l’alerte du cœur:

  • À vous tous qui croyez en l’urgence de la paix,
  • À vous, parents et éducateurs, qui voulez être les promoteurs de la paix,
  • À vous, responsables politiques, qui portez la responsabilité immédiate de la cause de la paix,
  • À vous, hommes et femmes du monde de la culture, qui cherchez à bâtir la paix dans la civilisation d’aujourd’hui,
  • À vous tous qui souffrez pour la paix et la justice,
  • Et surtout à vous tous qui allez déterminer les chances de la paix aujourd’hui et demain par les décisions que vous prendrez pour vous-mêmes et pour votre rôle dans la société,
  • À vous tous, et à tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté, j’adresse ces quelques mots, parce que la paix est une préoccupation première, un défi inéluctable, une immense espérance.

Il est vrai que la paix reste pour nous un défi constant. Nous vivons une époque difficile où nombreuses sont les menaces de violence destructrice et de guerre. De profonds désaccords dressent les uns contre les autres les différents groupes sociaux, les peuples et les nations. Il y a de nombreuses situations d’injustice qui ne déclenchent pas des conflits ouverts pour la seule raison que la violence de ceux qui détiennent le pouvoir est si forte qu’elle prive les faibles de l’énergie nécessaire pour revendiquer leurs droits, et de la possibilité même de le faire.

Il est important d’analyser les causes fondamentales de cette situation conflictuelle qui rend la paix instable et précaire. Une véritable promotion de la paix exige que nous n’en restions pas à déplorer les effets négatifs de la situation actuelle de crise, de conflit et d’injustice. Ce qui s’impose réellement à nous, c’est d’agir pour détruire à la racine les causes d’instabilité et de soulèvement.

Ces causes fondamentales, on les trouve en particulier dans les idéologies dominantes de notre siècle. Ces idéologies s’appliquent dans des systèmes politiques, économiques et sociaux et exercent leur contrôle sur la pensée des gens. Elles  se caractérisent par une attitude totalitaire qui méprise et opprime la dignité de la personne humaine, ses valeurs transcendantes et ses droits.

La violence et l’injustice s’enracinent profondément au coeur de chaque individu, de chacun de nous, dans les comportements quotidiens et la mentalité des hommes. Pour y mettre fin, il suffit d’évoquer les conflits qui divisent les familles, les époux, les parents et leurs enfants, les écoles, les milieux professionnels, ou qui affectent les relations entre les groupes sociaux et entre les générations. Il suffit d’évoquer les cas où est violé le droit élémentaire à la vie des êtres humains les plus faibles et les moins aptes à se défendre.

Nous ne devons pas perdre l’espérance, car grande est l’énergie qui sans cesse surgit dans les cœurs de ceux qui croient en la justice et la paix. L’action pour la paix sera rendue plus efficace si l’on s’engage dans un dialogue honnête et des négociations sincères fondées sur le respect mutuel, avec une évaluation réaliste des exigences justifiées et des intérêts légitimes de tous les Hommes. On fera de la cause de la paix la cause de tous, non par des slogans qui divisent ou par des actions qui excitent inutilement les passions, mais par la calme assurance qu’elle est le fruit de l’engagement pour les vraies valeurs et pour le bien de toute l’humanité.

Un cri strident du Président Hugues Hector ZOGO de l’ONG PAIX LIBERTÉ. Ses efforts sont salutaires car il a le mérite de l’idéologie préservant la paix au Bénin. Pour une toute première fois dans l’histoire nationale du Bénin, 50 Jeunes filles et garçons se verront dans une École de la Paix.

Par Chrétien NOUNAHON, Activiste , Ambassadeur plénipotentiaire de la paix

COMMENTS

WORDPRESS: 0

Abonnez-vous à nos articles

Recevez toutes nos actualités sur les ODD

Plus d'articles

Cam 4 SDGs

Myriam, éleveuse de bétail en Namibie

« Il n’est pas facile d’être une femme dans une ferme communale. Traditionnellement, les femmes n’étaient pas autorisées à s’engager dans l’agriculture, en particulier dans l’élevage

Cam 4 SDGs

Tresia bientôt un grand agriculteur !

Ndafa est basé à Oname, dans la région d’Ohangwena en Namibie. Elle exploite une petite parcelle de terre, qui fait partie des terres communales de