ODD à l’île de La Réunion

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

La Réunion est une petite île volcanique de 2500 km², située dans l’Ouest de l’Océan Indien, au sud-est de l’Afrique. C’est un département français depuis 1946. L’histoire de son peuplement est récente, puisqu’elle ne date que du milieu du XVIIè siècle, mais elle a engendré un métissage ethnique et culturel particulièrement important. Ce multiculturalisme est très majoritairement vécu comme une richesse.

Si La Réunion est à la fois un Département et une Région française, elle a toutefois ses spécificités. Géographiques, bien entendu, puisque basée à près de 10 000 km de l’hexagone. Historiques, également, avec son passé colonial de triste mémoire, les inégalités et les frustrations que celui-ci a pu faire naître. Sociales, enfin.

Ainsi, l’un des fléaux de notre île est l’illettrisme*, pour ne citer que lui, et il fait des ravages. Plus de 100 000 personnes (entre 16 et 65 ans) sont illettrées, sur une population de 855 000. Et ce chiffre évolue peu ou pas depuis trois décennies.

C’est en partant de ce triste constat, que Stéphanie R., bibliothécaire de profession, a créé son Association Lire, Ecrire, Agir – Réunion (LEAR) en 2019. Pour tenter d’« apporter sa pierre à l’édifice », selon l’expression consacrée. Si le support retenu dès le départ pour ses actions était le livre, LEAR souhaitait se focaliser sur les thématiques de l’égalité hommes/femmes et du respect des différences, entre autres.

Chemin faisant, nous avons découvert l’Agenda 2030. Dans la foulée nous avons suivi un MOOC de plusieurs semaines sur les Objectifs de Développement Durable, et fait le constat que tout était lié, et que le changement passait par tout un chacun. Nous avons, dès lors, décidé d’oeuvrer sur deux fronts : la lecture, l’écriture, d’un côté, et la sensibilisation aux ODD de l’autre.

Ainsi, nous utilisons le support livre, pour diffuser les messages de l’Agenda 2030. Nous espérons ainsi informer et toucher le maximum de personnes. Pour nous y aider, nous avons un compte Twitter (@LireAgir) ainsi qu’un site internet, sur lesquels nous communiquons autour de nos actions.

Mais pas que… Parce que nous estimons qu’un peu de légèreté, parfois, ne nuit pas, nous distillons souvent une dose d’humour dans nos propos. D’ailleurs, je propose d’instaurer le rire comme ODD 18 🙂

* L’illettrisme désigne l’état d’une personne qui a bénéficié d’apprentissages, mais qui n’a pas acquis, ou a perdu, la maîtrise de la lecture, de l’écriture et du calcul. L’illettrisme est à distinguer de l’analphabétisme qui résulte d’une absence d’apprentissage.

Le fonctionnement de LEAR

LEAR est composée d’une Présidente, d’un Trésorier, et de quatre bénévoles, tous recrutés via le site de la réserve civique, pour des actions ponctuelles ou récurrentes. Ceux-ci auront, à terme, la responsabilité de la co-animation des actions avec la Présidente, Stéphanie R.

Concrètement, nous proposons des ateliers de lecture-écriture, suivis de débat et/ou de quiz. Les livres sont sélectionnés en amont par nos soins, si besoin en concertation avec des enseignants et/ou des professionnels du livre et de la lecture.

Nous nous basons également sur le club de lecture des ODD. Par ailleurs, nous suivons des comptes Twitter qui peuvent nous apporter des conseils précieux dans le domaine (Babelio, par exemple, propose souvent des sélections thématiques intéressantes). Nous essayons aussi de faire une veille régulière sur les ODD et les différentes actions menées en France et ailleurs pour leur réalisation.

Le principe de nos ateliers est le suivant :

en établissement scolaire

Lecture de l’extrait d’un album ou d’un roman jeunesse mis à disposition par notre Association, et lié à un ou plusieurs ODD. Ensuite nous proposons des exercices pratiques d’écriture autour de l’extrait retenu. Puis, nous en débattons. Une directrice d’école et enseignante en CM2 avait ainsi choisi « Plastique apocalypse », concourant pour le Prix UNICEF de 2020, pour travailler avec ses élèves.

Pour donner à l’ensemble un aspect plus ludique, nous agrémentons nos ateliers de quiz et de jeux. LEAR en a reçu quelques-uns de généreux donateurs (ADEME, Eco-CO2). Il y a également beaucoup de choses très bien en ligne (Go goals, Comics numériques, …) qui peuvent être mises en place assez facilement.

en bibliothèque/médiathèque

Même principe que pour les établissements scolaires, excepté que le public est plus varié, et plus âgé. Nous avons par exemple réalisé un atelier thématique autour de l’eau, mettant à l’honneur l’importance de l’ODD 6.

Un autre a été proposé autour de la relecture du monde, dans le cadre de l’opération « Les Nuits de la lecture ». Le thème était relativement vaste, mais nous profitons de chaque occasion pour parler de l’Agenda 2030 et des ODD, en essayant de les relier à nos ateliers, directement ou indirectement.

 

Actions spécifiques pour 2021

L’année 2020 a été, comme pour beaucoup de personnes et de structures, trop aléatoire pour que nous ayons pu pleinement assurer nos actions. Le début de l’année 2021 ne l’est pas tellement moins.

Toutefois, nous savons que – pour le moment – les médiathèques restent ouvertes. L’occasion pour nous de mettre en place le Prix UNICEF de littérature jeunesse.

En quoi cela consiste-t-il ?

Faire voter les enfants, de 3 à 15 ans, pour leur album ou roman jeunesse préféré, parmi une sélection de quatre livres par tranche d’âge. Le thème de cette année est « Au fil des émotions » ; sont ainsi abordés l’amitié, le deuil, la phobie scolaire, la différence, l’acceptation de soi et des autres, …

Nous avons pris contact avec un réseau de médiathèques de l’ouest de l’île pour la mise en œuvre de ce Prix.

Comment ?

Pour commencer, LEAR a sollicité les éditeurs jeunesse dont les ouvrages sont en lice pour le Prix, pour en obtenir gracieusement un ou plusieurs exemplaires. La plupart d’entre eux ont joué le jeu, et nous avons ainsi, gratuitement, matière à concrétiser la mise en place de cette action. Pour les autres titres, l’Association les prend à sa charge ou sollicite en amont la médiathèque d’accueil pour qu’elle les acquière.

Ensuite nous comptons proposer à des petits groupes d’enfants, sur inscription auprès de la médiathèque ou de sa bibliothèque de quartier, de participer à une ou plusieurs séances de lecture des ouvrages sélectionnés. Lecture des albums à voix haute pour la tranche d’âge 3-5 ans, lecture aidée et/ou prêt à domicile pour les plus grands.

Bon à savoir : L’UNICEF met également à disposition la transcription audio des albums et romans jeunesse en lice, permettant l’accès aux mal ou non-voyants.

Nous souhaiterions aussi mettre en place un vote « pour de vrai », avec installation d’un isoloir et d’une urne. Ainsi, les enfants verraient concrètement une partie du fonctionnement de la démocratie, à travers ce droit et devoir fondamental de la citoyenneté. Les votes pourront se faire jusqu’au mois d’août 2021.

Un débat, autour des valeurs de l’UNICEF, des droits de l’enfant, et du thème retenu pour le Prix de cette année, n’est pas exclu. Nous espérons que la situation sanitaire va nous permettre de mettre cette action en place, car elle nous tient à cœur.

Pour nous aider à aborder le thème retenu avec les enfants, l’UNICEF met à disposition des dossiers pédagogiques pour chaque tranche d’âge, ainsi qu’une fiche thématique sur la santé mentale. Un sujet qui inquiète et fait fortement écho à la situation dans laquelle nous évoluons depuis plus d’un année.

Autres projets

LEAR a été approchée par une ONG béninoise dans le but de créer un partenariat entre nos deux pays. Il était notamment prévu d’organiser conjointement un événement autour du sport, de l’inclusion des femmes, et du volontariat. Ce projet est malheureusement mort dans l’oeuf, atomisé par la crise sanitaire.

Nous sommes également en pourparlers avec la responsable d’une application qui n’est pas encore  développée à La Réunion. Nous réfléchissons actuellement à un partenariat entre nos deux structures, qui bénéficierait en premier lieu aux étudiants.

Nous avons par ailleurs rencontré le responsable d’une autre Association de l’île, qui fait partie des 150 de la convention citoyenne. Nous souhaitons unir nos forces pour des actions conjointes autour de la protection de l’environnement et d’autres actions plus axées éducation et culture.

Enfin, LEAR a proposé un projet d’envergure qui impliquerait plusieurs structures de l’île (communautés d’agglomérations, Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, communes, Département, lycée professionnel, …). Il ciblerait particulièrement les jeunes des quartiers, en priorité ceux qui sont le plus éloigné, géographiquement ou socialement, de la culture. Ce projet est en cours, nous espérons vous en dire plus lorsqu’il sera véritablement sur les rails.

À bientôt sous le signe des ODD !

Stéphanie R.

 

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 1

Abonnez-vous à nos articles

Recevez toutes nos actualités sur les ODD

Plus d'articles

Cam 4 SDGs

Myriam, éleveuse de bétail en Namibie

« Il n’est pas facile d’être une femme dans une ferme communale. Traditionnellement, les femmes n’étaient pas autorisées à s’engager dans l’agriculture, en particulier dans l’élevage

Cam 4 SDGs

Tresia bientôt un grand agriculteur !

Ndafa est basé à Oname, dans la région d’Ohangwena en Namibie. Elle exploite une petite parcelle de terre, qui fait partie des terres communales de