L’accès des jeunes à la terre et l’atteinte des ODD au Bénin

Blog4sdgs - accès à la terre

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

L’accès à la terre est un sujet préoccupant en Afrique de nos jours. Près de 70 pour cent de la population africaine est jeune. Quant au Bénin, sa population est à 32 pour cent jeune. Ce n’est pas un pourcentage négligeable. Si tous ces jeunes peuvent avoir accès à la terre, les avantages pour le pays seraient énormes. Le gouvernement du Bénin et les partenaires sont bien conscients de cette réalité.

YILaA sur l’émission Espace jeune au Bénin

Le samedi 21 août 2021, Monsieur Antoine HOUEDJI, Coordonnateur de Youth Initiative for Land in Africa (YILaA), était l’invité de la radio Solidarité sur l’émission Espace jeune. Monsieur HOUEDJI est aussi le Chef du bureau de l’Agence Nationale du Domaine et du Foncier (ANDF) dans les départements de l’Atacora et de la Donga (Bénin). C’est une émission née du partenariat entre la GIZ et la radio.

En effet, la GIZ est une organisation du gouvernement allemand au service du développement en Afrique. Elle a initié l’émission Espace jeune dans le cadre de son programme de promotion d’une politique foncière responsable (ProPoFR). L’émission permettra de toucher les jeunes sur toute l’étendue du territoire du Bénin et susciter un éveil à leur niveau.

Il urge aujourd’hui que les jeunes aient les informations adéquates qui les aideront à adopter les bonnes pratiques liées au foncier. Cette émission est destinée à l’information des jeunes dans le processus d’accès à la terre.

Le thème de ce samedi était « Le foncier, quelles opportunités et contraintes pour les jeunes ». L’émission étant interactive, quelques auditeurs de la radio ont manifesté leur intérêt et posé des questions auxquelles l’invité a eu le plaisir de répondre.

Il faut souligner que l’ANDF, est une agence gouvernementale, une structure de l’Etat béninois, un établissement public à caractère technique et scientifique créé par la loi n°2013-01 du 14 août 2013 portant code foncier et domanial en République du Bénin.

Elle a pour principale mission la sécurisation et la coordination de la gestion foncière et domaniale au plan national.

De façon spécifique, ses missions sont nombreuses, entre autres :

  • Assurer la mise en œuvre des procédures relatives à la gestion du foncier ;
  • Confirmer les droits fonciers et délivrer le titre foncier ;
  • Gérer le cadastre ;
  • Assurer une bonne gestion du domaine (public et privé) de l’Etat ;

Pour connaître toutes les missions de l’ANDF, il suffit de cliquer ici.

L’accès à la terre aux yeux des jeunes de Djougou

L’émission n’a pas eu lieu qu’en studio ; elle a également consisté à sortir pour aller recueillir les avis de quelques jeunes de Djougou.

Selon certains de ces jeunes, l’accès des jeunes à la terre est une nécessité pour être indépendant vis-à-vis des parents. Pour eux, la terre peut être utile pour construire une maison et fonder une famille. Pour d’autres, l’accès de à la terre permet de mettre les jeunes au travail.

Mais tous ces jeunes ont souligné un même problème, celui de l’argent. Ils croient qu’on ne peut avoir accès à la terre que lorsque l’on a de l’argent. Certains ont même ajouté qu’ils se rapprocheraient de l’ANDF pour avoir des informations seulement quand ils auront de la liquidité.

La question qui se pose, c’est de savoir si l’argent est vraiment nécessaire dans le processus d’accès à la terre.

L’accès à la terre selon le Coordonnateur de YILaA

Le spécialiste pense que l’accès à la terre est un processus qui permet à une personne de devenir utilisatrice de la terre, tout simplement. Mais comment devenir utilisateur de la terre ? Pour lui, il existe plusieurs manières pour un jeune d’accéder à la terre et d’en devenir utilisateur.

  • Le bail

Il est possible de conclure un contrat de bail avec le propriétaire d’une portion de terre afin de l’exploiter. Le contrat fixera le délai d’utilisation. Au terme du contrat, le jeune devra libérer les lieux.

  • L’attribution ou la mise à disposition

Une terre peut également être mise à la disposition d’un jeune pour ses activités. On peut bénéficier de cette faveur de la part de sa famille, de son père, d’un oncle, d’un frère, etc. Bien entendu, l’utilisation peut se trouver assez limitée.

  • L’héritage

Il est aussi possible d’hériter des terres de sa famille. Cela permet également d’en devenir utilisateur.

  • L’acquisition

Ce n’est rien d’autre que l’achat de la terre.

Comme cela peut déjà se voir, l’argent n’est pas un must pour avoir accès à la terre. Certes, le bail et l’acquisition nécessitent que l’on ait de l’argent. Mais ce ne sont pas les seuls moyens d’accès à la terre.

Les parents peuvent mettre la terre à la disposition de leurs enfants pour leurs projets. Les chefs peuvent en faire autant pour les jeunes de la communauté. Les possibilités sont multiples.

Les conditions d’accès des jeunes au foncier au Bénin

A en croire le Coordonnateur de l’Initiative des jeunes pour la terre en Afrique (YILaA en Anglais), tout dépend des jeunes eux-mêmes. La Constitution du Bénin ainsi que d’autres lois telles que le Code foncier et domanial, garantissent l’accès à la terre à tous, même aux personnes en situation de handicap. Les autorités à tous les niveaux sont disposées à accompagner les jeunes. Mais il faudra qu’ils se décident d’abord eux-mêmes et se donnent au travail.

Avant tout, les jeunes doivent aller à la quête de l’information. Aujourd’hui, l’information est disponible. Il faut donc que les jeunes aillent à sa recherche.

Ensuite, ils doivent adopter les bonnes pratiques foncières. Cela est beaucoup lié aux cultures. Au Bénin, les cultures diffèrent d’une localité à une autre. Il est nécessaire de connaître sa culture en matière foncière pour en tirer profit.

Les jeunes doivent également adopter des comportements responsables. Le respect peut parfois forcer la faveur. On ne peut obtenir aucune faveur d’une personne que l’on ne respecte pas. Il faut donc que les jeunes sachent que le respect des aînés est aussi un moyen d’accès à la terre.

Tout ceci constitue en même temps les raisons pour lesquelles les jeunes ont du mal à accéder aux terres : le manque d’information, les mauvaises pratiques foncières, etc.

Les jeunes filles et l’accès à la terre, l’atteinte des ODD 5 et 10

Blog4sdgs - accès à la terreAu niveau mondial, plus de 70 pour cent des femmes sont dans l’agriculture et produisent abondamment. Si les femmes peuvent aussi avoir un grand succès dans l’agriculture, pourquoi ne pas les aider à faire encore mieux ?

Les pratiques traditionnelles et cultures africaines limitent trop les femmes dans ce domaine. Aujourd’hui, il est temps que nos traditions et nos cultures soient repensées dans le sens d’un accès équitable à la terre. L’accès à la terre ne doit plus être un mystère. Aussi bien les jeunes filles que les jeunes hommes ont le droit d’accès à la terre.

Les inégalités doivent être réduites. Cela nous permettra de faire des avancées pour l’atteinte des ODD 5 et 10.

L’accès à la terre : les opportunités

Comme Monsieur HOUEDJI le dit souvent « Les jeunes ont tout à y gagner ». Les opportunités que présente l’accès à la terre sont multiples.

La création d’emplois ou l’atteinte des ODD 1 et 8

Avoir une ferme agricole implique de recruter des ouvriers pour les différents travaux. Au fur et à mesure que les jeunes s’investiront dans l’agriculture ou quelle que soit l’exploitation qu’ils font de la terre, c’est une occasion pour les autres d’avoir un emploi. L’accès à la terre va donc participer à réduire le taux de chômage dans le pays.

L’agriculture pour l’atteinte des ODD 2 et 12

Plusieurs projets existent aujourd’hui pour accompagner les jeunes qui s’investissent dans l’agriculture. La terre facilite l’accès à ces projets. Les jeunes doivent capitaliser ces opportunités pour le bien de notre pays.

  • Accès au financement

Les banques ne financent aucun projet qui n’a pas de localisation. La terre est une garantie pour les institutions financières qui peuvent financer les projets. Quel que soit le projet, l’accès à la terre augmente ses chances de réussite grâce au financement.

  • Autosuffisance alimentaire

Le jeune qui produit n’a pas besoin d’aller s’approvisionner ailleurs. Il ne peut pas mourir de faim (ODD 2). C’est valable pour ses employés et sa famille. En plus, il s’agira d’une consommation responsable (ODD 12), puisqu’il existe des lois qui garantissent l’exploitation des terres dans le respect de l’environnement.

Des activités autres que l’agriculture

Il existe plein d’autres choses pour lesquelles on peut avoir besoin de la terre. Les projets dans le social, l’habitat, l’élevage, etc., la terre peut servir quel que soit le domaine dans lequel les jeunes entreprennent. Comme l’a dit le chef bureau « Le foncier est au début et à la fin de tout projet ».

Comment éviter l’insécurité foncière ?

La première des choses à faire lorsqu’on a une portion de terre, que l’on soit propriétaire terrien ou simplement exploitant, est d’identifier les bornes. Identifier les bornes et faire établir le lever topographique de la parcelle permettra de se prémunir contre les éventuels conflits.

Ensuite, il faut se rendre à la mairie pour faire établir tous les autres actes nécessaires prévus par la loi.

Si l’exploitant est le propriétaire, il faut également qu’il pense à demander le titre foncier auprès de l’ANDF. Dans le cas contraire, les premières démarches de l’exploitant peuvent déjà susciter chez le présumé propriétaire l’envie de sécuriser sa terre.  A défaut, l’exploitant peut aussi en parler avec ce dernier pour l’y pousser. Car, le titre foncier est l’assurance d’une terre sécurisée.

Il faut noter que seul le titre foncier peut faire d’une personne un propriétaire terrien.

L’accès à la terre règle assez de problèmes de la jeunesse. C’est aussi un passage obligé pour l’atteinte des Objectifs de développement durable.

 

Par Djromahouton Hyppolyte HOUESSOU

COMMENTS

WORDPRESS: 0

Abonnez-vous à nos articles

Recevez toutes nos actualités sur les ODD

Plus d'articles

Cam 4 SDGs

Myriam, éleveuse de bétail en Namibie

« Il n’est pas facile d’être une femme dans une ferme communale. Traditionnellement, les femmes n’étaient pas autorisées à s’engager dans l’agriculture, en particulier dans l’élevage

Cam 4 SDGs

Tresia bientôt un grand agriculteur !

Ndafa est basé à Oname, dans la région d’Ohangwena en Namibie. Elle exploite une petite parcelle de terre, qui fait partie des terres communales de