La drépanocytose : une maladie incurable, mais possible d’éradiquer

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Depuis quelques décennies, le monde entier s’est fixé de nombreux objectifs afin d’atteindre un idéal de vie. Ceux-ci contenus dans un plan universel nommé objectif de développement durable (ODD) devrait permettre d’ici l’horizon 2030 à tous les hommes, quelle que soit leur position sur la planète de vivre en parfaite santé et en communion avec la nature.

En son axe (3) intitulé bonne santé et bien-être, les ODD visent notamment à donner aux individus les moyens de vivre une vie saine sans drépanocytose et de promouvoir le bien-être à tous les âges.

Partant de cette vision de l’objectif 3, il est devenu fondamental d’améliorer la santé procréative, maternelle et infantile. Ceci passe notamment par la réduction des maladies environnementales, mentales, transmissibles et non transmissibles. L’une d’entre ces maladies qui retiennent depuis quelques années l’attention de tous est la drépanocytose.

À la découverte de la drépanocytose

D’après l’hôpital assistance-public de paris, la drépanocytose encore appelée anémie falciforme est une maladie génétique fréquente et grave qui touche essentiellement les populations issues de l’immigration d’origine africaine, subsaharienne et antillaise. Pour aller plus loin, la drépanocytose est une maladie affectant l’hémoglobine des globules rouges.

Caractérisée par la présence d’hématie en forme de faucille, cette maladie se manifeste par une anémie grave, des crises douloureuses et un risque accru d’infection. Si ces symptômes sont apparents chez les porteurs malades (forme SS), ils peuvent rester cachés chez d’autres, appelés porteurs sains (AS). De ses différentes formes de manifestation se décline toute l’importance d’un dépistage précoce.

Quelle est l’importance d’un dépistage précoce de la drépanocytose ?

Blog4sdgs - Drépanocytose

Au regard des ravages qu’effectue cette maladie dans la population notamment africaine, la communauté internationale à consacrer la journée du 19 juin pour réfléchir et se pencher sur les moyens de lutte contre cette maladie.

À cet effet, le Benin à l’instar des autres pays de la sous-région a sacrifié à la coutume. Le thème retenu cette année est « la drépanocytose et la nutrition ». De cette thématique se dégagent plusieurs plans stratégiques en vue de réduire l’impact de cette maladie dans la société. Tout d’abord, le dépistage précoce de la maladie. L’imminence d’un plan d’action et de sensibilisation s’en suit et enfin la veille à une alimentation saine des personnes infectées.

Le dépistage précoce de la maladie :

Point essentiel de la lutte contre la drépanocytose, il s’agit pour tous les partenaires ambitionnant une vie de couple de connaitre leur profil électro phorétique avant de se mettre ensemble. Ceci permettra d’éviter l’apparition de forme grave dans la descendance.

Dans la même veine, cela permettrait une réduction du taux de mortalité lié à cette maladie dans la population mondiale. C’est donc un vivant appel qui est lancé à la jeune génération afin de limiter l’impact de cette anémie falciforme pour les années à venir.

L’imminence d’un plan d’action et de sensibilisation

Prévenir vaut mieux que guérir dit-on souvent. Face à la drépanocytose, il est imminent pour les gouvernants et les autorités intervenant à divers niveaux de prévoir un plan de sensibilisation et d’action pour sortir la population de l’ignorance.

En effet, puisque la servitude est la fille de l’ignorance, mené des actions de prévention notamment à travers la prévention empêcherait que les pauvres ressources du contribuable ne soient consacrées au traitement d’une maladie qui au final aura raison de son patient.

Ce serait aussi une occasion de permettre un bien-être mental et psychologique, car faut-il le rappeler, cette maladie est une véritable source de psychose dans la société.

La veille à une alimentation saine des personnes infectées

À travers cette thématique, l’alimentation revêt d’une grande importance dans le bien-être des personnes souffrant de la drépanocytose. En effet, la nutrition est une grande force pour amoindrir un tant soit peu la fréquence des crises apparaissant chez les personnes vivant avec cette maladie.

Elle demeure une réelle alternative pour soulager les douleurs de ces personnes, car elle leur apporte les éléments minéraux dont la carence répétitive est à l’origine des crises.

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0

Abonnez-vous à nos articles

Recevez toutes nos actualités sur les ODD

Plus d'articles

Cam 4 SDGs

Myriam, éleveuse de bétail en Namibie

« Il n’est pas facile d’être une femme dans une ferme communale. Traditionnellement, les femmes n’étaient pas autorisées à s’engager dans l’agriculture, en particulier dans l’élevage

Cam 4 SDGs

Tresia bientôt un grand agriculteur !

Ndafa est basé à Oname, dans la région d’Ohangwena en Namibie. Elle exploite une petite parcelle de terre, qui fait partie des terres communales de